Accès direct au contenu

Dans :

Centre de recherches Versailles Saint-Quentin Institutions Publiques - VIP

Imprimer la page
impression pdf

VIP > Actualités > Soutenances

« Le régime linguistique algérien à travers l'étude du militantisme pour la langue amazighe : un contexte de sens entre imaginaire et pratiques »

vignette-avis-de-soutenance.jpg
Discipline : Science politique Laboratoire : VIP-Centre de recherche Versailles Saint-Quentin Institutions Publiques

Informations pratiques :

Date
Jeudi 14 décembre 2017 à 13h00
Lieu
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Faculté de Droit et de Science Politique
Bâtiment Leclerc
3 rue de la Division Leclerc
Salle du Conseil - 2ème étage - Aile A
Résumé :
La présente recherche s’intéresse à la problématique du régime linguistique algérien à travers l’étude du militantisme pour la langue amazighe. L’objectif est ainsi d’examiner le sens politique des
revendications linguistiques amazighes et ses impacts sur le régime linguistique algérien. Autrement dit, nous étudions des représentations d’acteurs à l’intérieur des structures institutionnelles. Notre
hypothèse postule un lien entre le militantisme linguistique amazighe et la notion de citoyenneté démocratique. Elle sera vérifiée à travers la théorie des « régimes linguistiques » et des « traditions
étatiques » (Cardinal et Sonntag, 2015), du concept de « contexte de sens » (Cefaï, 1998 ; 2003) et de la méthode de la co-construction du savoir et de la notion de vraisemblance (Dubet, 1994 ; 2000).
Ces outils théoriques nous permettent de voir, dans un premier temps, les formes que prend l’imaginaire militant qui se décline en un répertoire de sens (émotions, valeurs, idéaux…), mais néanmoins
convergent vers l’idée de la citoyenneté démocratique largement récurrente dans le discours militant. L’étude des représentations militantes permet, dans un second temps, de voir comment celles-ci se
traduisent dans les pratiques militantes ; comment l’imaginaire militant influence la trajectoire du régime linguistique algérien, et particulièrement à travers ses maintes conjonctures critiques (1980,
1994-1995, 2001-2002, 2011-2016). Les résultats de la recherche montrent que le militantisme linguistique amazigh impose des représentations citoyennes et contre-hégémoniques à l’intérieur d’un
régime linguistique foncièrement hégémonique et autoritaire. Celles-ci sont traduites par des acquis / concessions au bénéfice de la langue amazighe au sein du régime linguistique. Elles sont aussi
limitées par l’effet de dépendance au sentier des concessions sur certaines traditions étatiques. Cette analyse est fondée sur une méthodologie qualitative, se basant sur des sources primaires (entretiens
semi-dirigés et observation) et secondaires (analyse de documents, archives, et autre oeuvres artistiques de type militante).


Abstract :
This thesis looks at the Algerian language regime through the lens of activism for the amazigh language. The main objective is to examine the political meaning of the Amazigh activists’ grievances and its
impact on the Algerian language regime. In other words, it aims to understand the nature of these actors’ representations within particular institutional structures. My hypothesis suggests a link between
Amazigh linguistic militancy and democratic citizenship. This hypothesis will be verified through the theory of "language regimes" and "state traditions" (Cardinal and Sonntag, 2015), the concept of "context
of meaning" (Cefaï, 1998; 2003), the knowledge co-construction method and the notion of likelihood (Dubet, 1994; 2000). These analytical tools will allow me to classify the various meanings included in the
activists’ political imaginary (emotions, values, ideals, etc.) that converge in the discourse towards the idea of democratic citizenship. Then, we will see how their representations are translated into practice
and influence the Algerian language regime’s trajectory, especially during its critical conjunctures (1980, 1994-1995, 2001-2002, 2011-2016). These findings will highlight that the Amazigh linguistic activism
imposes counter-hegemonic representations within a fundamentally hegemonic and authoritarian linguistic regime. These representations translate into benefits and concessions in favour of the Amazigh
language, while being simultaneously used by the language regime – influenced by certain state traditions - to maintain its stability and hegemony. For this purpose, this study is based on a qualitative
methodology, combining primary (semi-directed interviews and observation) and secondary sources (analysis of documents, archives, and other engaged artistic work).


Membres du jury :

M. Thierry LETERRE, Professeur des Universités, Université Miami au Luxembourg, LUXEMBOURG - Directeur de these
Mme Linda CARDINAL, Professeur des universités, Université d'Ottawa, CANADA - CoDirecteur de these
M. Yves POIRMEUR, Professeur des universités, UVSQ, FRANCE - Examinateur
M. André LECOURS, Professeur des universités, Université d'Ottawa, CANADA - Examinateur
M. Salem CHAKER, Professeur des universités, Aix-Marseille Université, FRANCE - Rapporteur
Mme Ericka ALBAUGH, Professeur, Bowdoin College, ETATS-UNIS - Rapporteur

Dernière mise à jour de cette page : 12 décembre 2017


Les archives du VIP

Le VIP sur Twitter

 
  @VIP_UVSQ

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

http://www.uvsq.fr