Vous êtes ici : VIPFRDoctoratThèses

"L’ordre et le sacré : sécularisation, désécularisation et théologie politique dans la contre-révolution européenne et les nouveaux mouvements politico-religieux musulmans et hindous" par Renaud Fabbri

Par Monsieur Renaud Fabbri Discipline : Science politique, Laboratoire : VIP

La notion de théologie politique semble nous ramener à des questions depuis longtemps dépassées ou à des idéologies suspectes. Depuis Weber, on associe la modernité avec la sécularisation et la liquidation de la théologie politique. A rebours des théories de la convergence, ce travail pose la question de savoir si le modèle européen de sécularisation ne représente pas l’exception. Sur la base d’une comparaison de l’Islam moyen-oriental et de l’Hindouisme contemporains, il émet l’hypothèse qu’en dehors de l’Europe, la théologie politique peut être paradoxalement un facteur de modernisation. En dé-sécularisant la modernité importée par la colonisation, elle contribuerait à l’émergence de modernités religieuses hybrides mais autochtones. Cette hypothèse devrait nous permettre de rendre raison de certaines formes de militantisme politico-religieux, des théories modernes de l’Etat religieux mais aussi des dynamiques autochtones de démocratisation (illustrées par le Printemps Arabe)


Abstract :

The notion of Political Theology seems to bring us back to outdated questions or problematic ideologies. Since Weber, we tend to associate modernity with secularization and liquidation of political theology. Against the convergence theories, my work investigates whether or not the European model of secularization represents the exception rather than the rule. On the basis of a comparison between contemporary Middle Eastern Islam and Hinduism, it makes the hypothesis that outside of Europe, political theology can represent a factor of modernization. By un-secularizing the imported modernity brought by colonization, Islamic or Hindu political theologies contribute to the emergence of hybrid though autochthonous religious modernities. This hypothesis should account for the rise of politico-religious forms of militancy, the modern theories of the religious State but also regional dynamics of democratization (illustrated by the Arab Spring).
 
Informations complémentaires
Philippe Portier, Directeur d’études de l’EPHE, à l’école pratique des Hautes Etudes, Paris – Rapporteur
Tewfik Aclimandos, Chercheur, au collège de France, Paris – Rapporteur
Thierry Leterre, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Guyancourt – Directeur de thèse
Yves Poirmeur, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Guyancourt – Examinateur
Jean-Claude Monod, Chercheur, à l’Ecole Normale Supérieure, Paris – Examinateur